Therapies pour enfants

Therapies pour enfants

Les approches psychothérapiques diffèrent selon leurs objectifs et leur durée :

Les Thérapies Cognitives et Comportementales (TCC) :

Les thérapies comportementales favorisent de nouvelles formes de communication qui vont permettre une meilleure adaptation de l’enfant ou de l’adolescent à son environnement familial et scolaire.

Les thérapies comportementales et cognitives se distinguent ainsi des autres thérapies par certaines caractéristiques :

L’accent est mis sur les causes actuelles du comportement problème
Le changement durable du comportement est évalué et considéré comme un critère majeur de réussite de la thérapie
Les procédures de traitement sont décrites objectivement et sont donc reproductibles par d’autres thérapeutes pour des patients ayant des difficultés similaires.
Les psychothérapies d’orientation analytique

Les psychothérapies d’orientation psychanalytique visent des réaménagements « en profondeur » de la personnalité, par le réinvestissement de la vie psychique et du plaisir à penser.

Ces méthodes peuvent être envisagées de manière complémentaire.

Praticiens proposés :

Mme Pauline Charbon

Pr Raphaële Miljkovitch

Dr Eva Tazopoulou

 

1.      L’Hypnose Ericksonnienne :

Cette technique thérapeutique qui consiste à aider les patients souffrants d’anxiété, de phobies, d’addictions, de troubles obsessionnels compulsifs (TOC) ou autres troubles qui altèrent leur quotidien. Grace à l’Hypnose, le patient entre dans un état de conscience modifiée. Cet état permet au thérapeute de traiter les troubles du patient sans que celui-ci active des défenses ou des barrières. L’Hypnose Ericksonnienne s’apparente à une forme de relaxation thérapeutique, permettant de traiter les troubles tels qu’ils sont et rapidement grâce à des séances très organisées et progressives.

Praticien proposé :

Mme Pauline Charbon

 

2.      Guidance parentale

Il s’agit d’aider les parents :

–          à analyser les événements afin de mettre en évidence les attitudes (style relationnel, méthodes éducatives) qui renforcent ou limitent les comportements problématiques ou pas de leur enfant ;

–          à porter un nouveau regard sur les difficultés scolaires et/ou relationnels de leur enfant ;

–          à porter un regard nouveau sur leur enfant, à mieux comprendre ses besoins psychiques et à envisager ses comportements sous le prisme de difficultés psycho-affectives. Les psychologues ont le souci de réinscrire le comportement de l’enfant et de l’adolescent dans une explication de significations : individuelles et familiales.

Praticiens proposés :

Pr Raphaële Miljkovitch

M. François Poisson

 

Guidance parentale pour enfants et familles bilingues

Il s’agit d’aider les parents de cultures différentes ou des étrangers dont l’enfant est scolarisé en France,

–           à comprendre et faire face aux difficultés de leur enfant d’intégrer deux ou plusieurs cultures différentes ;

–          à les aider pour que leur enfant puisse construire son identité « pluriculturelle » ;

–          à connaitre et comprendre le développement langagier et le fonctionnement des enfants bilingues.

Praticiens proposés :

Dr Eva Tazopoulou

Mme Pauline Charbon

 

3.      Thérapies familiales (approche systémique)

Selon cette théorie, la famille est considérée comme un « système », dont les processus d’interaction et de communication peuvent dysfonctionner. Aider le patient qui va mal dans la famille, l’amener à changer, c’est aussi aider les autres membres de la famille à accepter de redéfinir leurs rôles et leurs fonctions afin de trouver une « homéostasie » (un nouvel équilibre).  Les évolutions de chacun sont nécessaires si la famille (« le système familial ») veut et peut dépasser l’état de crise qu’elle traverse pour aller vers un équilibre plus satisfaisant.

Cette évolution tient compte des événements et de l’histoire de la vie familiale. Au cours des séances, le dialogue des membres de la famille entre eux et avec le thérapeute aide à comprendre et résoudre les problèmes ou difficultés rencontrés par la famille.

Durée de la thérapie

Les séances ont généralement lieu tous les quinze jours ou tous les mois. La fin d’une thérapie se décide d’un commun accord entre la famille et le thérapeute, idéalement lorsque l’on constate une amélioration durable des symptômes présents au début, ainsi que des relations familiales.

Praticien proposé :

Pr Raphaële Miljkovitch